C’est l’été

Elle a changé

Mais son cœur/ Jazz blues rock

Bat toujours

 

Shine a light

Entendre certains morceaux de musique

C’est comme sentir le soleil sur sa peau

 

Publicités

If I had

« If I had a gun I’d shoot a hole into the sun And love will burn this city down for you I’d stop the world and make you mine and every day would stay the same with you », Noël Gallagher’s

 

 

Une p’tite note de musique…

Série

comme une série de notes sur une gamme en do mineur, de notes en marge des recueils, de notes de frais, de notes jetées sur un carnet lors de déambulations en pleine nuit, de notes d’audience et de notes à payer, de notes d’écrivain, de notes littéraires, de notes du courage et de notes de l’abandon, de notes attribuées à la gent masculine, puis celles de la vérité, celles de la vérification, celles sur Antigone, celles sur le sexe, celles sur les griffes de l’épuisement, sur les aphorismes et sur les problèmes acoustiques, sur la paranoïa et le narcissisme, sur les anges et sur l’art, série comme des notes qu’on éparpille sur la gamme d’une vie.

Série

comme jardins, jardin potager, jardin de l’enfance, jardin du ravissement, jardin des simples et celui de l’Olympe, jardin de l’esprit, jardin japonais aux nombreux pictogrammes, jardin d’acclimatation, jardin de l’Alhambra, jardin des litotes, jardin de la magie noire, celui des musées, celui des palais, celui des chiens, celui des photographes, celui du grand repos et celui des scandales, celui de l’insurrection et celui du mélange des genres, du foisonnement, de l’utopie et du secret, série comme jardins à cultiver durant toute une vie.

Série

comme bulles, bulles irisées portées par la brise, bulles vides qui font la joie des innocents, bulles mirages de la légèreté des jours, bulles sans audience, muettes à en exploser, bulles rêves qui franchissent les frontières du réel, bulles de champagne et bulles de savon, bulles d’Angoulême, bulles papales, celles de Bilal et celles du papier, celles de l’attention, celles du retrait, celles de l’attestation, série comme bulles à coincer quand l’envie est là.

Claudine Dozoul