Buttes chaumont

Pyrénées.

Un visage sans sourire. Une masse de cheveux roux se penche vers un berceau. L’accordéon se tait.

Des bruits de bouches et de corps emmitouflés, manteaux, écharpes, sacs, besaces, se pressent au dehors. Affluent et refluent.

Une seconde. Deux. Trois.
L’accordéon reprend.
Goncourt. Belleville.

Des odeurs de sommeil sans rêve. Des yeux qui glissent, s’effleurent et s’échappent.

Buttes chaumont.
Explose un rire.

Buttes chaumont, explose un rire, comme une déflagration.

Buttes chaumont.

Un homme regarde une femme brune et lui sourit.

Buttes chaumont.

Un homme regarde une femme qui rit.

Buttes chaumont.

Une femme regarde un homme qui lui sourit et rit.

Il est neuf heures moins cinq à la station quand une femme brune descend du métro et se retourne vers des portes qui se ferment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s