Tropisme

Oui, un tout petit mouvement. Infinitésimal. Quelque chose qui balance comme « I speak. I mean ». Le grand danois qui colle une étiquette sur la porte du 71. Ça démarre avec quoi cette fois ? Alcoolique ? Pas organisée ? Autre chose ? La mort encore ? Son visage inquiet. La faucheuse qui part au quart de tour. Accrochée à l’échelle de pompier. C’est pas en haut que tu vas me trouver. Mais si c’est en bas que tu veux aller, on va y aller ensemble. Les Enfers. Tu vas voir. La cave est moisie. Paris est moisi même s’il fait 28°, en apparence. Son visage est inquiet parce que son mari l’a abandonnée sur le seuil de la boutique. Indésirable. Quoi, 5 secondes. 5 secondes, ma chérie. Te mords pas la joue, putain ! C’est pas la fin du monde. Donc revenir au point de départ. Un tout petit mouvement, infinitésimal. Un froncement du sourcil peut-être. Oui, mais pas tout seul. L’aile du nez ? L’aile du nez est pincée. La lèvre supérieure, légèrement affaissée. Un peu tombante. Il y a plus que ça. Plus que ça. Tu t’agites. Tu brasses. L’espace est pas assez grand pour dire ça.

Alcoolique. T’as la scène pour toi ! Ici, c’est tout petit. Tout petit.

Nip Tuck. Projection privée. Tu charcutes. Tu y penses. Ça se voit comme un nez au milieu de la figure. T’aimes pas ça. Tu regardes quand même. Toile cirée. Ta main sur la toile cirée. Pour le corps du délit. Tu peux nettoyer après. C’est facile. Un coup d’éponge. Tu peux extraire le plus gros si ça te chante. La tumeur. Je dirai rien. Je répondrai pas. Rien. Nécrose. C’est agaçant. Je sens bien que ça t’agace prodigieusement. Cigarette. Il allume une autre cigarette. Allume une autre cigarette. Tu aimes théâtraliser. C’est à coup sûr cela. Il te faut théâtraliser. Toute la rue doit savoir.

Donc revenir au point de départ. Un tout petit mouvement, infinitésimal. Les portes qui claquent. Non, les portes qui claquent, c’est moi. Les crottes de mouche émotionnelle, aussi. C’est comme ça. Tu crois qu’on modifie le cours des choses parce qu’on le décide ? Si cette conne s’empêtre dans le rideau, tu crois que c’est sa faute ?

 

Publicités

Auteur : Les ateliers de traverse

Ateliers d'écriture: textes, animations, événements, publications Les Ateliers de traverse sont présents dans la région parisienne, en Normandie et dans le Languedoc Roussillon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s