Cinquante

Parce que les jeux sont faits d’oublis…

Le temps qui me lie à vous s’enfle de mes souvenirs, miroirs, rêveries et inventions.

Parce que les jeux sont faits d’oublis…

J’émets un désir, un pan d’histoire, une anecdote inédite, un détail enfoui, à accrocher dans mon arbre.

Parce que les jeux sont faits d’oublis…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s