Autant tirer à la carabine sur des bouses de vaches

J’ai ta bouille de lutin accrochée en bandoulière et je pense à ton père.

Dût-il avoir longtemps sinué, mon chemin se découvre devant moi, sans cicatrice,  net et sans bavure même si peuplé de fantômes. Le crâne d’un philosophe ne saurait mieux me conseiller que l’hiver rude et froid cette année qui a aiguisé ma vision kaléidoscopique. Faites un trou dans la tête et déferle une lame de fond, une de celles qui charrient zéro pathos.

Aujourd’hui je t’écris, il est très tôt, le ciel est rose même si les rideaux restent fermés et l’herbe gelée que je n’ai pas encore piétinée assourdit les rares sons qui franchiraient les murs du quartier. Comme à l’accoutumé, le pavé de la cour est cabossé et les caisses s’empilent dans la cage d’escalier. Je retarde de t’avouer ce qui  va changer le cours de ma vie.

 

Tu as ce feuillet dans les mains, toi fou de Paris et réfugié dans le sud, enfoui dans une contrée sauvage. Ta mère est ton unique invitée alors que tu lis en buvant un café serré. Au nord de ton royaume, mon fils, je te parle de ton père que j’ai tué.

 

Mon amour, inséparable de son double, cet alter ego insaisissable et détestable qui de bouts de ficelles en  bouts de ficelles a édifié un travail de sape entre nous, son regard perçant défiant mon regard impassible de toutes ces années à travailler ma défense, mon chemin de croix à rebours. Toutes les questions hier interdites, je les lui ai posées et n’ai obtenu aucune réponse.  Autant tirer à la carabine sur des bouses de vaches. Alors j’ai vu défiler des culs, des seins, des résilles, tout son manuel du bien foutre qu’il m’agitait sous les yeux et j’ai appuyé sur la gâchette.

Je l’ai tant aimé, Éric et j’ai tant essayé, l’isolation, la cohabitation, ne restait plus que l’élimination.  J’ai juste voulu donner du lustre à notre amour et j’ai échoué.

 

Ta mère qui t’aime tant.

 

 

Publicités

Auteur : Les ateliers de traverse

Ateliers d'écriture: textes, animations, événements, publications Les Ateliers de traverse sont présents dans la région parisienne, en Normandie et dans le Languedoc Roussillon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s