Racines

Ce qui me dépayse, ce n’est pas moi ailleurs mais un « moi » projeté

Ce qui me dépayse, c’est le monde de l’autre quand je suis sur le seuil, quand je suis à l’orée

Ce qui me dépayse me fait peur, me paralyse, c’est l’autre désirable, c’est moi désirée

Comme si l’inconnu
Comme quand l’imprévu
Comme si le regard était effraction, le désir soumission.

Ce qui me dépayse, ce n’est pas la lumière, c’est l’obscurité, ce n’est pas les contours, c’est la densité
Ce qui me dépayse franchit le périmètre, menace l’édifice
Ce qui me dépayse m’éloigne de tout ce qui me tient

Comme si l’inconnu
Comme quand l’imprévu
Comme si le voyage était abandon, le paysage illusion

Ce qui me dépayse me ravit-

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s