Elle

BRIGITTE CLARYSSE, Peintures

[visuel à venir]

Un souvenir coulait de sa mémoire usée par tant de mains.
Il avait eu la curiosité du diable. Toutes ces femmes, objets de désir, fantômes vibrant dans sa tête brûlée. Il leur tire la révérence.
Le temps d’un songe il revoit, Elle. Il la voit portant sa croix, chantant un cantique de guerre comme d’autres crient l’amour du mal. Elle ne lui accorde qu’un court monologue désespérant. Il n’a pas le temps de hasarder un je t’aime dont il n’a jamais entendu le sens. Elle l’empoigne et l’entraine
Elle veut un enfant. Au-delà, bien au-delà de lui. Un prolongement de sa passion dévorante. Elle veut. Il résiste.
Dans sa mémoire de Casanova reste une histoire folle, insensée, insane, fantasque, extravagante. Unique. Et une photo en noir et blanc sauvée du carnage de leur
séparation. Leurs regards sont ailleurs. Elle, sur son ventre désespérément plat. Lui, au-delà d’un horizon hypothétique. Aucune tendresse ne transpire.
Il ne l’a jamais revue.
Elle, Claudine Dozoul, 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s