Frémissements

Marianna PAYOVITCH, Plasticienne

[visuel à venir]

Enroulée Sinueuse Serpentine
Une courbe
A tes regards
Rebondie dans les interstices des roseaux et des marécages
Offerte en errance
Elle te promène à travers songes et cauchemars
Quelle(s) lumières ?
Un précipité
Tu cherches le noir la blancheur des nuances de gris
Tes yeux s’ouvrent sur une couleur que tu croyais avoir oubliée
Tu te souviens soudain de cet été à Palerme
Un rouge de bordel et de maisons closes
La couleur du Chianti
S’impose S’appose à ton souvenir la tonalité virginale du gris
La pureté des putains quand elles s’étoffent de ce bleu romain si proche de la nuit
Quand elles luttent contre leur noir
Quand elles deviennent lucioles
La matière se fait souple, danse et chavire
T’enrobe T’englobe
Elle devient Roseaux Ondes Capte ta lumière
En suspens
Le temps
Happé tu plonges
dans les nervures et brisures
Les ondulations virées
de tout revirement
Une lisière à la surface de la peau
Impacts de la matière
Chuchotements
Résonances en boucles
Dans le creux des sens
Des(seins)
Tes yeux entendent tes oreilles voient
Tu t’élances et t’enfonces dans le Dedans du Dehors
En dehors des mots et de la pensée
Dans le corps du désir
Dénivelé(s), Florence Denat, 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s