« L’histoire, c’est de l’argile » A.K

Le matériau dessus les bandes de jute crispées de blanc parcimonieux, le matériau dessus s’effiloche, se soulève et se fend. Alors il brille de feux disparates sur la double page, générant des lignes perdues que le solitaire emprunte, qu’il perd et retrouve dans la RFA dévastée. Ailleurs le matériau se craquèle, se crevasse et se boursoufle. On songe alors au prisonnier qui an fond de sa geôle marque de ses ongles les murailles dressées. Un hanneton vole.

Il y a impossibilité à s’éloigner du feu tant il fait froid. L’aube part en volutes cernées d’une poussière verdâtre comme le teint bile de la mort. Peindre ? Paysages.

Le comble est de fouiller les bois, de déraciner les mémoires avant que d’assaillir tous les Teutons. À la fin du jour, on fait l’inventaire : qui la vallée, qui la terre brûlée, qui la forêt. Partout la guerre, des ruines et des briques. De l’huile de lin et du sang sur papier marouflé.

Tu pénètres dans la salle de ton passé accroché. Paris – London – Wien. Tu ne connais plus la morsure dans le ventre. Ne plus manger. Se rassasier de son spleen. Exit tout ce fatras. Ute la barbare est toujours présente dans l’acrylique, le shellac et la paille. Elle s’y vautre de tous ses os et toutes ses peaux. Elle, cariatide du passé. Amnésie dans le verre cassé, les murs griffés, le sol parsemé de tracts obscènes. Son haleine ranime les torches de Margarete et le brasier de Sulamith. Tu ne rêves plus de l’envoyer valdinguer à travers la verrière, la tête éclatée en bouillie sanguinolente qui goutterait longtemps, très longtemps à l’intérieur d’Ute. Innenraum. Perdu à tout jamais et sans regret. S’élancer vers les champs lumineux et sereins, a écrit Baudelaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s