Scènes

Les Ateliers de traverse illustrent la complicité entre Rock et Littérature

autour d’une table ou sur scène.

 [ Aperçu d’une soirée mémorable ]

flyer_rock

Spécialiste du détournement, j’étais la sœur désincarnée du milieu, celle qui ne ressentait plus aucune émotion depuis son accident, celle qui était devenue inhumaine sans que ça la perturbe.

Tuer une saloperie pareille n’engendre aucun état d’âme particulier. La pourriture retourne à la pourriture et les rats festoient. Il n’empêche, au fond de mon trou, je vois la lumière – Indécrottable – Parce que tu vois, j’voudrais pas crever avant d’avoir réentendu la chanson.

No smoking no dripping and so long, la route déclinait, le soleil flambait et les gens pionçaient. Ça puait la mort.

J’appelais de toutes mes pensées, du fond de mes tripes en vrac, une apparition à la Iggy, un mec à poil ou presque qui se tortillerait de vie, qui te dirait, l’air de rien, Bébé, tu as vieilli, putain ! Le fromage était à 6 €, le plat du jour baignait dans une sauce rabelaisienne – un mec à poil dirait Parfois, le rêve, c’est très gore aussi.

Collectif, 2011

Publicités